Cuba - Juillet 2006

by - 19 octobre


Aujourd’hui, après plusieurs mois d’absence, je vous propose un voyage dans le temps à Cuba. 
Nous sommes en juillet 2006, je viens d’obtenir mon Bac, j’ai 17 ans et je décolle pour cette île magique où je resterai 3 semaines.

Voyager à Cuba, c’est un peu prendre une machine à remonter le temps car avec l’embargo américain qui date du début des années 60, beaucoup de choses sont restées « hors du temps » : les voitures, les bâtiments, les équipements ménagers …

Pourtant Cuba est loin d’être une destination figée tant elle a de choses à offrir.

  Les paysages de nature brute de la Vallée de Los Ingenios, les maisons aux couleurs de l’arc en ciel de Trinidad, le spectacle grandiose de la rencontre entre Océan Atlantique et Mer des Caraïbes à Baracoa, les rues de la vieille Havane, les traces de Che Guevara à Santa Clara, les plantations de tabac de Viñales, les cascades en pleine nature, les plages paradisiaques des Cayos ou l’eau turquoise de Varadero (même si un peu trop touristique) …











Toujours bercés par le doux rythme de la musique cubaine, captivés par le spectacle des danseurs de tous âges, on se régale de la cuisine locale dans une « casa particular » dont les visages des habitants resteront pour toujours gravés dans nos mémoires.


De passage à la Bodeguita del medio, on trinque à la santé d’Hemingway en sirotant son mojito (dont j’ai d’ailleurs conservé la recette), enveloppés par la fumée d’un Montecristo ou d’un Cohiba que les amateurs de cigare du monde entier plébiscitent depuis tant d’années.

Sur le parking d’une station-service, on s’arrête quelques instants pour admirer une de ces voitures sans âge que l’on voit sur toutes les cartes postales et qui témoigne du talent des mécaniciens cubains.



De retour à la Havane, on ne rate pas la visite du Capitole, qui n’a pas grand-chose à envier à la Maison Blanche. Quelques rues plus loin, une vieille dame fume son cigare pour la plus grande joie des voyageurs qui la photographient en échange de quelques pesos. Son sourire vaut bien plus.



Je me souviens encore comme si c’était hier de ces visages, de cette ambiance folle du Carnaval de Santiago où à chaque coin de rue on trouvait un camion rempli d’enceintes qui diffusaient salsa, reggeaton ou bachata.
Les cubains nous invitaient à danser, sans la moindre arrière-pensée et avec bienveillance quant à notre piètre niveau.



Je me souviens de l’émotion que j’ai ressentie devant le monument à la mémoire de Che Guevara à Santa Clara et devant son mausolée.
Certains bâtiments portent encore les traces de la Révolution un peu partout dans le pays…



Mais l’histoire n’est pas la seule richesse de Cuba et la nature n’est pas en reste. Nous étions partis de Trinidad tôt le matin pour une randonnée à cheval jusqu’à une cascade en pleine jungle où l’eau à 22 degrés nous avait permis d’oublier la chaleur tropicale.

Quelques conseils


Séjourner chez l’habitant dans une « casa particular » 

Cela donne encore plus de charme au séjour et permet de goûter au meilleur de la cuisine cubaine : crevettes, langoustes, poissons grillés… Sans parler de la gentillesse des hôtes cubains, toujours ravis lorsqu’on échange quelques mots en espagnol avec eux.


Même si certains hôtels sont aussi très sympa !


Se montrer patient et compréhensif

Cuba est sous embargo américain depuis 1962 et les infrastructures hôtelières en ont pâti. Vous trouverez encore des climatiseurs « made in URSS » dans certaines chambres d’hôtel.
Depuis quelques années, la destination est devenue très populaire ce qui a forcément entrainé une hausse des prix (principe de l’offre et de la demande me direz-vous) mais sans que les « standards » auxquels les européens pourraient s’attendre pour un tel tarif ne soient atteints. Comparer les prestations obtenues pour le même prix entre Cuba et sa voisine la République Dominicaine, par exemple, est donc hors de propos.

La situation économique de Cuba est compliquée et la double monnaie ne rend pas les choses plus faciles. A Cuba circulent en effet le Peso Convertible (CUC) ou la monnaie du tourisme alignée sur le taux du dollar US et le Peso Cubain qui ne vaut pas grand-chose. Certains produits de confort ne sont disponibles que dans les boutiques « pour les touristes » ce qui les rend inaccessibles pour les cubains n’ayant pas accès aux CUC.

Il ne faut donc pas s’étonner si parfois des Cubains vous abordent pour vous demander un stylo ou un savon ni si vous voyez des restaurants pratiquer des prix différents pour les touristes et les locaux.


Ne pas s’attendre à ce que tout se passe comme prévu

Cela peut paraitre effrayant mais il est rare qu’un voyage à Cuba se passe exactement comme prévu. L’Etat peut réquisitionner des voitures destinées à être louées à des touristes, des chambres d’hôtel, fermer des Musées … sans préavis ! Des réservations que vous pensiez validées peuvent ne plus l’être à votre arrivée. Savoir parler anglais et, mieux encore, espagnol vous sera d’une grande aide si vous ne voyagez pas avec un groupe.

Et puis les imprévus seront vite oubliés avec un bon mojito !

D’ailleurs, en parlant de mojito, et pour vous demander pardon de cette absence prolongée, voici la recette de la Bodeguita del Medio. Pour la petite histoire, à Cuba il n’y a qu’une marque d’eau minérale qui existe en version plate ou pétillante (celle utilisée pour les mojitos) du coup j’avais demandé au barman ce qu’il fallait utiliser pour s’en approcher le plus et il m’avait conseillé le Perrier.

Pour un verre de 25 cL

5 cL de rhum cubain blanc (Bacardi ou Havana Club Añejo Blanco ou Havana Club 3 años)
1 citron vert
1 cuillère à café de sucre de canne blond (pas de cassonade ou de sirop)
5-6 feuilles de menthe fraiche
Du Perrier
De la glace pilée

1. Pressez le citron vert et verser le jus obtenu dans le verre (pas de morceaux)
2. Ajoutez le sucre de canne
3. Ajoutez les feuilles de menthe et écrasez un peu en remuant
4. Versez le rhum
5. Ajoutez une cuillère à soupe de glace pilée
6. Complétez avec du Perrier bien frais

Lancez l’album du Buena Vista Social Club, fermez les yeux et savourez !


ps : pardonnez-moi pour la qualité des photos, à l'époque je les avais prises avec un appareil photo jetable :) 

You May Also Like

0 comments

Un petit mot en passant ?

Rechercher sur le blog