La pièce de nos rêves

by - 02 novembre



J’ai toujours aimé les vêtements (et leurs accessoires).

Enfant, je dépensais tout mon argent de poche dans les vêtements pour Barbie. J’aimais leur acheter de belles tenues et pouvais passer des heures à leur faire faire des essayages. 

En grandissant, ce n’était donc pas très surprenant que je fasse pareil pour moi…

La première fois que je suis allée aux Galeries Lafayette c’était avec mon grand-père. Il m’avait emmenée au rayon jouet pour m’offrir une Barbie Pocahontas (mon dessin animé préféré) puis nous avions pris un gouter chez Angelina. 

Mon grand-père est décédé quand j’étais petite, je devais avoir 6 ou 7 ans, et avec les années, les Galeries Lafayette et Angelina sont devenus mes madeleines de Proust. 

Lorsque j’étais au collège, puis au lycée, mon papa m’emmenait lui aussi une ou deux fois par an aux Galeries pour me faire profiter de ses « journées privilèges à -10% ».

Il m’emmenait aussi pour choisir les cadeaux de Noël de ma maman. 

J’adorais ces moments … Ces Galeries ont toujours eu quelque chose de magique pour moi et aujourd’hui encore, lorsque je franchis leurs portes, je me sens à nouveau comme l’enfant émerveillée que j’étais.


Même s’il m’arrive encore de passer au rayon jouet parfois, en souvenir du bon vieux temps, je rêve surtout devant les collections des grands couturiers : Chanel, Valentino, Chloé, Dior… La précision des coupes, la perfection des finitions, la qualité des tissus …

Je n’ai jamais été une « fashion victim » au sens où je ne cherche pas à avoir toujours LE dernier vêtement à la mode. D’ailleurs, il y a des modes que je trouve moches ou qui ne me vont tout simplement pas. J’ai toujours cru en la phrase de Coco Chanel : « La mode se démode, le style jamais ». 

J’ai eu une période pendant laquelle j’achetais de manière un peu (très) compulsive chez H&M, électrisée par les prix bas et par la quantité de choses qu’ils me permettaient d’acheter.
Mais j’étais souvent déçue et je culpabilisais, un peu comme lorsque l’on se sent mal d’avoir trop mangé chez McDo. 

Alors avec le temps, je me suis tournée vers des enseignes plus qualitatives, quitte à acheter moins souvent. 

J’ai toujours été soigneuse ce qui me permet de conserver mes vêtements, sacs et chaussures de nombreuses années.
J’ai encore le sac Gérard Darel que je m’étais offerte avec ma première paie il y a 8 ans, dans un état impeccable. 
Je me souviens des étoiles dans mes yeux lorsque je suis revenue chez moi avec ce sac. Il y a des pièces comme cela qui provoquent des émotions en nous assez incroyables. 

Alors oui cela peut paraitre superficiel bien sûr, mais il y a bien des hommes (et surement des femmes aussi, ne soyons pas sexistes) qui rêvent devant des Porsche ou des Aston Martin.

Lorsqu’il s’agit de rêves, en quoi serait-il plus stupide de dépenser 1500 € pour une blouse en soie d’un grand créateur que 200 000 € pour une voiture ?

Je ne pense pas être la seule à avoir en tête CETTE pièce de rêve, à laquelle on pense instantanément lorsque l’on nous demande ce qui nous ferait plaisir ou que l’on joue au Loto.

CETTE pièce que l’on sait bien trop chère pour nous mais qui nous fait rêver et pour laquelle on serait (presque) prête à craquer.

CETTE pièce qui nous met des étoiles dans les yeux rien qu’à l’idée de la porter. 

CETTE pièce pour laquelle notre cœur palpite lorsqu’on imagine pendant un instant que quelqu’un va nous l’offrir à Noël ou à notre anniversaire. 

CETTE pièce dont il nous arrive de rêver la nuit et qui nous rend triste, le matin venu, lorsque l’on découvre qu’elle n’est pas dans notre placard. 

Pour moi, cette pièce, ce sont les bottines Susanna de Chloé en version cuir de mouton nappa noir et clous dorés.


La première fois que je les ai vues, aux Galeries Lafayette bien sûr, ce fut le coup de foudre. Et depuis elles sont devenues CETTE pièce pour laquelle j’aimerais que le Père Noël existe vraiment pour me les glisser au pied du sapin. 

Et vous, quelle est votre pièce de rêve ? Je suis curieuse ^^ 

You May Also Like

0 comments

Un petit mot en passant ?

Rechercher sur le blog